Accueil FAQ

Foire aux questions

 

Lorsque l'on s'engage dans un programme de solidarité internationale où le travail humanitaire est présent, il est normal de se poser des questions.

Si vous ne trouvez pas la réponse à vos questions, communiquez avec nous !

 

Allez-vous dans les écoles pour donner de l'information ?

Puis-je participer si je ne fais pas partie d'un groupe scolaire ?

Y a-t-il des rencontres avec les parents ?

Dois-je parler espagnol pour pouvoir participer ?

Combien le voyage coûte-t-il ?

Que comprend ce coût ?

Combien ai-je besoin d'argent à destination ?

Devons-nous nous inscrire à l'ambassade du Canada au Costa Rica?

Ces programmes sont-ils sécuritaires ?

À quel endroit vivrons-nous ?

Est-ce sécuritaire dans les familles du Costa Rica?

Est-ce que nos jeunes peuvent joindre un accompagnateur ARO en tout temps?

Comment se fait le nettoyage des vêtements?

Dois-je me faire vacciner ?

Que dois-je emporter comme médicaments ?

L'eau est-elle potable ?

Si je suis malade, que se passe-t-il ?

Que mange-t-on à destination ?

Que fait-on comme travail communautaire ?

Les plus jeunes qui participent au camp linguistique travaillent-ils ?

Puis-je avoir plus de détails sur le Chirripó au Costa Rica?

Nous avons droit à combien de valises?

Les activités sont-elles obligatoires ?

Avons-nous du temps pour nous reposer ?

Allons-nous à la plage ? Combien de fois?

Puis-je acheter des cigares et de l’alcool ?

Puis-je combiner deux programmes ?

Puis-je prolonger mon séjour et continuer seul(e) mon voyage ?

Les parents ont-ils des nouvelles de leurs jeunes durant le séjour?

 

Allez-vous dans les écoles pour donner de l'information ?

C'est avec plaisir que nous visitons les institutions d'enseignement pour y présenter nos programmes. Nous participons régulièrement à diverses journées thématiques dans des écoles, des universités ou des cégeps. De plus, nous pouvons mettre sur pied une séance d’information particulière pour un groupe non relié au milieu scolaire.

 

Puis-je participer si je ne fais pas partie d'un groupe scolaire ?

Bien sûr! Vous pouvez vous inscrire de façon individuelle aux programmes d'ARO. Pour les programmes Chantier communautaire, Chantier solidaire et Au coeur du monde, destinés aux plus de 18 ans, les inscriptions se font généralement de façon individuelle. Pour les programmes estivaux Camp coopératif et Camp linguistique, les participants s’inscrivent de façon individuelle également. Cependant, si vous désirez participer à un programme durant l’année scolaire et qu’aucun groupe n’est formé à votre école, vous pouvez vous intégrer à un groupe déjà existant. Par ailleurs, certains programmes ne se réalisent pas en groupe; ils sont plutôt orientés vers un seul individu. L'Espagnol Individualisé, par exemple, est un programme d’immersion axé sur l’apprentissage de l’espagnol où le participant pourra partager le quotidien d'une famille cubaine.

 

Y a-t-il des rencontres avec les parents ?

L’équipe d'Aro offre une séance d'information pour les parents dans les écoles où un groupe est mis sur pied. Par ailleurs, les parents des participants aux programmes d’été assistent à une partie de la journée de formation pré-départ pour obtenir l’information sur le projet. C’est l’occasion de poser toutes vos questions!

 

Dois-je parler espagnol pour pouvoir participer ?

La qualité d’une expérience de voyage se fonde avant tout sur l'échange interculturel. Par conséquent, plus votre connaissance de la langue est grande, plus vous pourrez profiter des échanges avec les gens qui vous accueillent. Aro vous suggère donc de suivre des cours d'espagnol avant le départ. Cependant, rappelez-vous que le personnel d'Aro assure le support linguistique tout au long de nos projets.

 

Combien le voyage coûte-t-il ?

Le coût dépend du type de projet qui vous intéresse, de sa durée ainsi que d'autres facteurs tels la période de l'année. Bien entendu, les prix dépendent, en partie du moins, des fluctuations du marché de l'industrie du voyage. Pour connaître le coût d’un programme en particulier, nous vous invitons à consulter la section « Programmes ».

 

Que comprend ce coût ?

Tous les frais directs sont inclus dans le prix demandé pour le projet : le transport aérien aller-retour, le transport terrestre, l'hébergement, la nourriture (trois repas par jour), les frais reliés aux activités (visites payantes, spectacles), l’accompagnateur d’Aro qui est sur place avec vous et la formation pré-départ.

Cependant, d'autres frais peuvent se rattacher. Par exemple, les coûts d'obtention d'un passeport sont à la charge du participant. Il en va de même pour les frais de vaccination (hépatite A, typhoïde, recommandés mais non obligatoires). Pour certains projets, tels les Chantiers Communautaires, il est de mise que les participants apportent des dons aux familles d'accueil. Ceux-ci sont à la charge des participants.

 

Combien ai-je besoin d'argent à destination ?

À destination, vous vous servirez de votre argent de poche simplement pour acheter, par exemple, des collations (boissons gazeuses, crème glacée), des souvenirs, des cadeaux, des cartes téléphoniques. Selon les programmes, prévoyez environ 10$ pour un souper au restaurant et environ 30$ pour votre taxe de sortie à l’aéroport. Pour un séjour de trois semaines, nous suggérons la somme de cent soixante-quinze dollars canadiens, mais vous pouvez aisément apporter moins. À Cuba, nous échangerons l'argent canadien en pesos convertibles (CUC) à l'aéroport de la Havane. Au Pérou, nous apportons des dollars américains que nous changeons à la banque. Au Costa Rica, une carte débit vous suffira, avec quelques dollars américains en réserve. Au guichet automatique, vous retirerez un montant en colones, la monnaie du Costa Rica. Sinon au Canada, les institutions financières se donnent généralement un délai de cinq jours ouvrables.

 

Devons-nous nous inscrire à l'ambassade du Canada au Costa Rica?

Non, ARO s’en occupe.

 

Ces programmes sont-ils sécuritaires ?

Depuis 1994, plus de 5000 participants, jeunes et adultes, ont réalisé des programmes avec Aro à Cuba, au Pérou et au Costa Rica. À titre d’exemple, un chantier familial a lieu chaque année à Cuba; de très jeunes enfants participent au programme avec leurs parents. L'encadrement procuré par Aro et par les organismes hôtes assure une sécurité totale, vingt-quatre heures sur vingt-quatre, quel que soit le programme auquel vous participez.

 

À quel endroit vivrons-nous ?

La nature du projet détermine le type d’hébergement.

À Cuba : Pour les Camps Linguistiques et les Camps Coopératifs, le logement se fait dans les dortoirs ou dans les chambres habituellement utilisées par les étudiants cubains. Lors du Chantier Communautaire ou du Chantier Solidaire, les participants sont hébergés chez l’habitant ou dans des auberges (dortoirs).

Au Costa Rica : L’hébergement se fait en familles d’accueil ou en dortoir, selon les projets.

Au Pérou : Selon le lieu, les participants résident dans un orphelinat (dortoirs) ou dans un petit hôtel local, très modeste.

 

Est-ce sécuritaire dans les familles du Costa Rica?

Les familles prennent soin des jeunes comme si c’étaient leurs propres enfants. Elles ont souvent déjà reçu des Québécois(e)s. Elles sont donc bien au courant des mesures à suivre pour s’assurer que les jeunes ne tombent pas malades. Cela n’enlève pas les possibilités que certains aient des petits problèmes intestinaux, mais en général c’est dû au changement de nourriture beaucoup plus qu’à l’hygiène. Comme l’eau du village est potable, cela vient réduire les risques.

 

Est-ce que nos jeunes peuvent joindre un accompagnateur ARO en tout temps?

Oui. Au Costa Rica, nous restons tous dans le même quartier, nous sommes voisins. Les accompagnateurs font le tour des familles à la 2e journée. Ces dernières auront le numéro de téléphone de la maison de l’accompagnateur ARO s’il y a quoi que ce soit. De plus, il est clairement dit aux jeunes où se situent les maisons des accompagnateurs ARO et des responsables de l’école.

 

Comment se fait le nettoyage des vêtements?

Si c’est nécessaire, nous pourrons laver nos vêtements en famille ou dans les hôtels. Les participants apportent leur propre savon et laveront à la main que si c’est nécessaire.

 

Dois-je me faire vacciner ?

Aucun vaccin n'est obligatoire pour entrer à Cuba, au Pérou ou au Costa Rica. Seule exception : vous avez voyagé en Afrique ou en Amérique latine au cours des trois derniers mois? Votre certificat de vaccination pour la fièvre jaune pourrait vous être demandé pour entrer au Costa Rica.

Règle générale, comme le stage se déroule hors des secteurs touristiques, nous recommandons fortement les vaccins contre l'hépatite A et la typhoïde. Le vaccin contre le tétanos doit également être à jour. Ces vaccins peuvent être obtenus chez un médecin, dans un CLSC ou dans une clinique médicale spécialisée en voyage.

 

Que dois-je emporter comme médicaments ?

Pour chaque projet, Aro fournit une liste de matériel d'équipe ainsi qu'une liste de matériel personnel. C'est sur cette dernière que se retrouvent les médicaments que nous vous suggérons d'apporter. Bien entendu, à ceux-ci s'ajoute tout médicament personnel prescrit.

 

L'eau est-elle potable ?

À Cuba, l'eau rencontre les normes de l'Organisation mondiale de la santé (OMS). Organisme responsable, Aro s'assure que l'eau mise à la disposition des participants soit de la meilleure qualité possible. Dans les familles d’accueil, l'eau qui sera consommée par les participants est bouillie.

Au Costa Rica, l’eau courante dans les familles d’accueil est potable (chlorée, filtrée).

Sinon, l’eau est potable dans la majorité de nos communautés. Ce qui veut dire que nous ne distribuons pas d’eau embouteillée aux jeunes. Ces derniers ont donc la responsabilité de remplir leurs gourdes le matin et le midi. Au Chirripó, où vous aurez la chance d’avoir directement de l’eau de source dans les différents points d’eau en chemin. Il faut donc absolument que les jeunes aient leurs deux bouteilles.

Il n’y a qu’à San José où nous fournissons de l’eau embouteillée car elle n’y est pas potable. Dans l’éventualité où vous seriez dans une communauté où on ne prend pas de chances avec l’eau, les familles feront bouillir l’eau au moins 10 minutes et la refroidiront ensuite (les familles connaissent déjà le procédé).

Au Pérou, l’eau sera soit bouillie ou achetée en bouteille.

 

Si je suis malade, que se passe-t-il ?

Tout d’abord, Aro encourage ses participants à prendre des assurances voyages incluant une couverture santé. Ceci garantit un rapatriement facile en cas d'urgence médicale majeure. Pour les cas plus légers, c'est-à-dire pour ceux qui ne nécessitent pas de rapatriement, les services de santé locaux dispenserons toute l'assistance médicale professionnelle requise. Dans le cadre de la plupart de nos projets, une équipe médicale locale figure parmi le personnel d'encadrement fourni par l'organisme qui nous accueille. Enfin, le personnel d’Aro International est formé en secourisme, et se charge d’administrer les premiers soins de base.

 

Que mange-t-on à destination ?

Les programmes d’Aro ne sont pas de simples excursions touristiques. Ils sont fondés sur l'immersion dans le quotidien du pays d’accueil. Cuba, le Pérou et le Costa Rica sont aux prises avec des difficultés économiques. Bien entendu, ceci se reflète sur la table. Vous mangerez donc des repas sains et équilibrés, mais souvent redondants. Au retour, vous apprécierez la variété dans votre frigo!

 

Que fait-on comme travail communautaire ?

La période de l'année où se déroule le projet, l'endroit où il a lieu ainsi que le type de programme déterminent le genre de travail possible. L'organisme qui nous reçoit nous présente ses besoins et nous tentons d'y répondre, dans la mesure du possible. Les travaux dans les champs (désherbage, préparation de terrain, récolte) ou encore dans des écoles (réparation de meubles, peinture, réparation de livres) comptent parmi les plus fréquents. De plus, il faut effectuer l’entretien de nos propres installations. En effet, il est normal et essentiel de balayer les aires où nous circulons et d'entretenir nos propres salles de bain et dortoirs. Enfin, nous donnons un coup de pouce aux cuisines : quoi de mieux pour s’initier à l’art culinaire du pays d’accueil?

 

Les plus jeunes, ceux qui participent au Camp Linguistique, travaillent-ils ?

Comme le nom l'indique, le premier objectif du camp linguistique est l’apprentissage de la langue. Bien entendu, les participants du camp linguistique doivent effectuer l'entretien de leurs propres dortoirs ainsi que des installations sanitaires qu'ils utilisent. Il peut arriver que les participants soient appelés à faire du service d'utilité générale, par exemple à la cafétéria, la fin de semaine. Ces travaux sont minimes et ne surchargent pas les jeunes.

 

Puis-je avoir plus de détails sur le Chirripó au Costa Rica?

Voici un lien très intéressant pour les gens partant à l’aventure vers le sommet du Chirripó :

Lorsque vous ferez l’ascension, vos valises resteront en sécurité à l’hôtel Uràn.

Toilettes : il y en aura au refuge et à l’auberge.  Sinon, ce sont des toilettes «grandeur nature»!

 

Nous avons droit à combien de valises?

Habituellement au Costa Rica, nous avons droit à une seule valise de 23 kilos maximum et un sac pour l’avion pesant au maximum 10 kg. Cette information peut différer d’une destination à l’autre. Référez-vous à la liste de matériels à apporter pour avoir l’information exacte.

 

Les activités sont-elles obligatoires ?

Afin d'assurer une homogénéité au projet et pour favoriser l'esprit de groupe, la participation aux activités est obligatoire. Dans certains cas, ne pas participer peut offenser les responsables locaux, qui ont travaillé de longues heures pour les mettre sur pied. Nous comprenons que l'ensemble des activités ne peut plaire en tout temps à tout le monde. Cependant, il faut savoir faire preuve de souplesse… De façon générale, les activités offertes sont très variées et tous finissent par y trouver leur compte.

 

Avons-nous du temps pour nous reposer ?

Tous les projets comprennent des périodes de repos intercalées entre celles de travail, de visites et d'activités socioculturelles. Cependant, il n'y a pas de longues périodes entièrement libres, une soirée ou un après-midi par exemple. Encore moins une journée complète ! Pourquoi? Il faut profiter au maximum de notre court séjour à l’étranger.

Nous encourageons donc les participants à tirer pleinement profit des périodes de repos entre les différentes activités. Respecter l'heure du couvre-feu est également une manière efficace de reprendre des forces…

 

Allons-nous à la plage ? Combien de fois?

À Cuba, le climat est parfois suffocant, surtout en été. Il va de soi que nous prenons soin d'offrir régulièrement la possibilité de se baigner, soit dans une piscine, soit à la mer. Dans la plupart des projets, les périodes réservées à la baignade sont quotidiennes.

Au Costa Rica, il est possible d’aller à la mer une fois durant le séjour. Cependant, le pays est bien davantage un lieu de montagnes que de plages. Par ailleurs, la communauté où nous habitons est éloignée du bord de la mer.

Au Pérou, la plage ne fait pas partie des visites. Le climat assez frais favorise plutôt des visites telles le Machu Picchu et la Vallée Sacrée.

 

Puis-je acheter des cigares et de l’alcool ?

À l'heure actuelle, un participant d'âge mineur (moins de 18 ans) ne peut rapporter ni un ni l'autre. Pour les programmes jeunesse, destinés à des mineurs, l'abstinence est la règle. Ni les membres de la direction, ni les accompagnateurs, ni les participants ne peuvent consommer de l'alcool. Par conséquent, il est inutile pour les participants mineurs d'en acheter. De plus, les bouteilles découvertes sont confisquées. Aro n'encourage pas la consommation du tabac, cigarettes ou cigares. Les participants mineurs qui veulent en consommer à destination doivent avoir une autorisation écrite de leurs parents. Les fumeurs doivent s'attendre à se voir désigner des zones précises où fumer.

Au niveau des programmes adultes, les participants peuvent rapporter la quantité d’alcool et de tabac permise par la douane canadienne s’ils le désirent. Sur place, la consommation d’alcool est permise, mais nous demandons aux participants d’être raisonnables, pour ne pas créer de malaise dans la communauté qui nous reçoit.

 

Puis-je combiner deux programmes ?

Et plus ! Il n'est pas rare que des participants enchaînent Camp Coopératif et Chantier Communautaire ou encore qu'ils effectuent un séjour prolongé autonome. Ceci s'avère intéressant car les frais supplémentaires sont minimes.

Pourquoi ne pas participer au chantier solidaire (3 semaines) et de rester 2 semaines supplémentaires avec le programme Au cœur du monde, pour découvrir Cuba hors des sentiers battus?

 

Puis-je prolonger mon séjour et continuer seul(e) mon voyage ?

La souplesse d'Aro est l'une de ses plus grandes forces. Nous pouvons en effet sculpter sur mesure un séjour selon vos besoins. Vous pouvez, par exemple, combiner une participation à un projet, tel le Chantier Communautaire, puis enchaîner avec un séjour autonome. Il suffit de nous informer de vos besoins. Nous avons à la fois l'expérience et les connaissances pour vous créer de toutes pièces une expérience inoubliable.

 

Les parents ont-ils des nouvelles de leurs jeunes durant le séjour?

Oui. ARO écrira des courriels à chaque trois jours (environ) aux parents pour donner des nouvelles générales de l’expérience que le groupe est en train de vivre.