Accueil Témoignages
Témoignages - De La Matapédia jusqu’à Cuba
Index de l'article
Témoignages
Il n'y a pas d'âge...
Voyager autrement, hors des sentiers battus...
Vers une nouvelle étape...
Notre relève de demain...
Témoignages de la Polyvalente des Quatre-Vents, St-Félicien
De La Matapédia jusqu’à Cuba
Témoignage
Toutes les pages

De La Matapédia jusqu'à Cuba

 

matapedia_cuba

 

Jean-Philippe Thibault

Actualités - Publié le 29 juin 2011, journal L'avant poste

Le groupe du CMÉC arborant un drapeau aux couleurs du célèbre Mouvement du 26 juillet, acte de résistance contre Batista dirigée par Fidel Castro en 1953. (Collaboration Tommy Guénard)

Du 23 mai au 6 juin, quatorze étudiants et deux enseignants du Centre matapédien d’études collégiales (CMÉC) ont séjourné à Cuba afin de profiter d’une expérience internationale de développement régional.


Loin des hôtels tout inclus et des journées entières à se prélasser sous le cuisant soleil cubain, les élèves ont profité de leur passage dans le secteur de Santa Clara, dans la province de Villa Clara, pour vivre dans des coopératives agricoles, dînant et soupant au passage directement avec les familles cubaines.


« Le voyage s’est extrêmement bien déroulé. On a eu une belle énergie de groupe et ç’a été unanime là-bas auprès des intervenants. Le groupe était travaillant, respectueux et curieux, et l’accompagnateur a rappelé qu’en 14 ans de métier, il n’avait jamais eu de groupe de cette trempe » de commenter Tommy Guénard, enseignant en histoire et accompagnateur lors de ce périple de deux semaines.


En panne sèche

En plus du dépaysement quotidien, dès leur arrivée, les Matapédiens ont du composer avec une sécheresse qui s’abattait depuis presque sept mois ; la terre étant complètement lézardée et l’agriculture étant à un état de subsistance plus qu’avancé.


« C’est une agriculture totalement différente, notamment en raison de la machinerie et du blocus qui leur empêche d’avoir de l’équipement adéquat. À cause de la sécheresse, par exemple, les fermiers locaux sont allés couper de la canne à sucre afin que le bétail puisse s’alimenter et ne pas mourir de faim, n’ayant plus rien à brouter » illustre M. Guénard.


Travaillant en partenariat avec l’Association nationale des agriculteurs cubains, qui gère l’ensemble du réseau agricole dans ce pays socialiste, les étudiants du CMÉC ont ainsi pu se familiariser avec des cultures peu communes sous les latitudes québécoises, à savoir la culture de bananes, de goyaves, de yucca, et de canne à sucre.


Valorisation agroalimentaire

M. Guénard rappelle également les parallèles et les défis similaires qui animent les responsables du secteur agroalimentaire au Québec et à Cuba, l’exode des jeunes et le manque de relève étant monnaie courante sur les deux territoires.


«À Cuba, malgré le système communiste, les agriculteurs sont situés passablement au-dessus de la moyenne salariale. Les autorités ont décidé de revaloriser cette profession afin de stimuler la relève. Dès le primaire, des intervenants travaillent à cibler les professions clefs qui seront nécessaires dans les années à venir et établissent les créneaux à appliquer dans un futur rapproché afin d’inculquer aux jeunes les possibilités offertes et requises » de conclure M. Guénard. Le groupe espère ainsi mettre à contribution leur récent séjour afin d’échanger avec la population locale sur les pratiques mises de l’avant dans le domaine agricole.


Rappelons en terminant que le projet n’aurait pu être possible sans la contribution financière de plusieurs partenaires, sa réalisation engendrant un coût total de 34 000 $. La Fondation du CMÉC (10 000 $), le CMÉC (6 000 $) et l’Office Québec-Amérique pour la jeunesse (5 000 $) sont les principaux acteurs de cette réussite, à laquelle se greffent plusieurs autres partenaires du milieu et la population qui ont généreusement donné temps et argent.